Le mariage homosexuel encore et toujours au centre d’un débat politicien

Strasbourg_manifestation_contre_le_mariage_pour_tous_2_février_2013_01Il y aura eu plus de monde dans la rue pour manifester contre la loi Taubira que pour l’emploi.
Pourtant seuls 7 000 couples homosexuels se sont mariés en 2013 alors que dans le même temps 306 500 français ont perdu leur travail.

Depuis l’annonce des primaires à l’UMP et du retour de Sarkozy, la question des droits LGBT et notamment la PMA et la GPA sont également revenus en force sur le devant de la scène.

La Manif Pour Tous a repris son chemin de croix vers la rue et les journalistes tournent en boucle sur la volonté des politiques de droite de revenir ou pas sur le mariage homosexuel si ils gagnaient la présidentielle de 2017.

A 30 mois de l’élection présidentielle, jamais un Président n’aura eu une cote de popularité aussi bas (13% a son plus bas niveau) alors que les français se prononcent majoritairement contre l’abrogation de la loi sur le mariage homosexuel (57%).

Qui des politiques ou des journalistes se trompent de débat?
Le bilan de la gauche se fera-t-il sur des sujets de société, ou sur un bilan économique?

Le course à l’Elysée qui débute déjà, risque encore fois de tourner en une  bataille médiatique portée par des Lobby anti mariage gay qui ne traitent pas des sujets  majeurs pour les français.

Les politiques jouent le rôle de pantins qui décrédibilisent et entaches les fonctions déjà bien dégradées des hommes d’État.

Quand on observe la position du Front National, on constate qu’il n’aborde que rarement le sujet, que Marine Le Pen s’abstient lors des défilés de la Manif Pour Tous et quand les responsables du parti sont interrogés sur le sujet, ils répondent souvent qu’ils appliqueront la loi tant qu’elle existera et que pour eux les préoccupations des français sont ailleurs.

Selon un sondage de septembre 2014, si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, Marine Le Pen serait en tête au premier tour…

François Hollande, Manif Pour Tous, Mariage homosexuel, Présidentielle 2017 , , , ,

Le FN est Gay à Hénin Beaumont

Ce qui devait arrivé arriva.

Le Front National sort grand gagnant du premier tour des élections municipales avec peu mais trop de candidats élus dès le premier tour : 486 conseillers municipaux, 108 élus dans des intercommunalités, 328 listes présentes au second tour et plus de 30% dans 31 villes française…

A Hénin-Beaumont, ville de tous les rêves du parti, la tête de liste FN Steeve Briois prend la mairie dès le premier tour avec 50,26% des voix.

Dans cette ville où le taux de chômage dépasse les 19% les couples homosexuels on pu penser instant que se marier dans leur ville deviendrait impossible… et bien NON !

En effet le nouveau maire a affirmé «Je ne vois pas pourquoi les couples homosexuels ne pourraient pas être mariés. Vous savez à Hénin-Beaumont comme ailleurs, les couples seront mariés, parce que c’est la loi, et là aussi je respecterai la loi».

Alors que beaucoup d’autres maires de droites ont signé la Charte des Municipales et veulent tout faire pour faire reculer le gouvernent, Steeve Boris ne la pas signé… Etonnant ? Et bien NON.

Et bien non cela n’est pas étonnant quand on sait que contre toute attente, le nouveau maire d’Hénin Beaumont Font National, dont le dernier co-listier n’est autre que Marine Le Pen est lui même… homosexuel.

En effet ce dernier a été outé par Octave Nitkovski ce qui lui a valu une plainte (finalement déboutée) pour atteinte à la vie privée.

Que cela nous apprend-il ? Que le Front-National est devenu un parti comme un autre ou qu’un homme homosexuel peu être aussi con qu’un autre ?

 

Municipales 2014 , ,

Les questions LGBT dans le débat des municipales

Affiche de campagne pour les municipales LGBT

Il faut dire que d’un côté comme de l’autre, les questions LGBT fusent à la moindre occasion et cette année encore les municipales n’y échapperont pas.

C’est une nouvelle fois le collectif de la Manif Pour Tous qui a ouvert le bal il y a quelques semaines en proposant aux candidats volontaires (ou fortement encouragés par les anti-mariage pour tous) à signer une « Charte des Municipales » qui engage notamment les futurs élus à donner leur parrainage, lors de l’élection présidentielle de 2017, aux candidats qui s’engageront à « Abroger la Loi Mariage et Adoption pour Tous ».

La réplique des associations LGBT n’a pas tardé et l’association Inter-LGBT à notamment étudié les projets des candidats parisiens en déclarant 3 candidats « compatibles avec les valeurs de l’association » il s’agit de Anne Hidalgo (PS), de Danielle Simonnet (Parti de Gauche) et de Christophe Najdovski (EELV), mais elle a également déclaré le programme de Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) « paradoxal » en évoquant notamment la présence de colistiers « frontalement opposés à l’égalité des droits ». Pour le reste le candidat divers droite Charles Beigbeder et le candidat Front national Wallerand de Saint-Just, sont purement et simplement jugés incompatibles avec les valeurs de l’association.

Même si l’association de défense des droits LGBT dit ne pas donner de consignes de vote elle a publié sur son site internet une fiche d’évaluation permettant à chacun de juger le programme de son candidat local.
Elle publie également dans une brochure dédiée aux candidats et maires actuels une liste de 67 propositions pouvant êtres mises en place au niveau municipale « pour favoriser la cohésion sociale et améliorer le quotidien des personnes lesbiennes gaies, bisexuelles et trans.
Parmis ces propositions ont retrouve par exemple la création d’un agent municipal en charge de la lutte contre les discriminations ou des droits humains, incluant les questions LGBT et discriminations en raison de l’état de santé ou encore la sensibilisation des professionnels de l’enfance à la diversité des familles .

Autre initiative: les association de la Fédération LGBTCigales, Contact et Autre Cercle ont décidé d’agir en lancent le premier volet d’une campagne intitulé « LGBT, Ne laissez personne décider à votre place ! »

Retrouver les extraits des interviews des candidats à la mairie de Paris réalisés par l’Inter-LGBT

Interview des candidats à la Mairie de Paris… par Inter-LGBT

 

Municipales 2014 , ,

59 % des lesbiennes confrontées à la lesbophobie

Les études sont rares, et encore plus lorsqu’elles traitent uniquement des femmes homosexuelles ou bi-sexuelles.

C’est à l’occasion de la journée de la femme que l’association SOS Homophobie a publié les chiffre

s d’une enquête réalisée auprès de 7 000 femmes.

Et Les chiffres sont… mauvais : 59% des interrogées ont répondues avoir étés victimes de lesbophobies ces deux dernières années et les conséquences sont réelles puisque qu’après ces attaques verbales pour la grande majorité, 29% d’entre elles avouent avoir des difficultés à vivre ouvertement leur homosexualité, 23% se disent angoissées et 10% avoir connu des épisodes dépressifs.

SOS Homophobie met également en lumière la difficulté des femmes à afficher leur homosexualité et 63% des interrogées ont indiqué qu’elles ne manifestaient pas d’affection à leur partenaire en public par peur des réactions d’hostilité.

L’étude complète sera publiée par SOS Homophobie le 25 novembre 2014, pour la Journée mondiale contre les violences faites aux femmes.

les chiffres de la lesbophobie

Source : SOS Homophobie (voir tous les premiers chiffres de l’étude)

 

Etude , , ,

Ouganda : Pays le plus homophobe du monde ?

BhTf5jhIgAAo8RC.jpg-large.jpg

Imaginez-vivre dans un pays où votre employeur vous licencie en raison de votre orientation sexuelle.

Imaginez-vous vivre dans un pays où être homosexuel est passible d’une peine de prison à vie.

Imaginez-vous vivre dans un pays où votre nom peut être publié dans un journal parmi 200 autres homosexuels.

Imaginez-vous vivre dans un pays où un journal local publie un article intitulé « Pendez-les! » avec la liste de 100 homosexuels dont un activiste finira assassiné.

Imaginez-vous vivre dans un pays où votre voisin à l’obligation légale de « dénoncer » votre homosexualité.

Imaginez-vous vivre dans un pays où votre propriétaire à le devoir de vous expulser sous peine de finir en prison parce-que vous êtes homosexuel.

Imaginez-vous vivre dans un pays où vous n’avez pas accès aux hôpitaux en raison de votre sexualité.

En 2014 ce pays existe, c’est l’Ouganda un pays situé à 10h de Paris en avion.
Dans ce pays, le gouvernement vient de durcir une nouvelle fois les lois contre les homosexuels et un tabloïd vient de titrer un article « Mis à nus » qui publie la liste plus de 200 personnes activistes ou inconnus du publique pour leur homosexualité supposée.
Dans ce pays des homosexuels vivent dans la peur. 
La peur d’être emprisonnés, battus, assassinés.

N’oublions pas que 6 autres pays d’Afrique affligent une peine de mort aux homosexuels de leur pays.

 

A l'étranger , ,